Projet MK-Ultra, parfois dénommé programme de contrôle pour le compte de la CIA / United States Central Intelligence Agency (CIA)

Projet MKUltra de Wikipédia, l’encyclopédie libre aller à: navigation, Rechercher « MKULTRA » redirige ici. Pour les autres significations, voir MK-Ultra (homonymie).

Ne pas confondre avec les expériences humaines Arsenal d’Edgewood.

Projet MK-Ultra, parfois dénommé programme de contrôle pour le compte de la CIA — était le nom de code donné à un programme illégal d’expériences sur des sujets humains, conçues et menées par l’United States Central Intelligence Agency (CIA). Expériences sur les humains étaient destinées à identifier et développer des médicaments et procédures devant être utilisés dans les interrogatoires et la torture, afin d’affaiblir l’individu pour forcer des aveux par le biais de contrôle de l’esprit. Organisé par le biais de la Division du renseignement scientifique de la CIA, le projet coordonné avec la Division des opérations spéciales de l’US Army Chemical Corps. [1] le programme a commencé dans les années 1950, a été officiellement sanctionné en 1953, a été réduit dans la portée en 1964, plus réduit en 1967 et officiellement arrêté en 1973. [2] le programme engagé dans de nombreuses activités illégales, [3] [4] [5] y compris l’utilisation des États-Unis involontaire et citoyens canadiens comme ses sujets, qui ont conduit à la controverse concernant sa légitimité. [3] (p74) [6] [7] [8] MKUltra utilisé nombreuses méthodologies pour manipuler des États mentaux populaire et altérer les fonctions cérébrales, y compris l’administration clandestine de drogues (en particulier le LSD) et autres produits chimiques, l’hypnose, la privation sensorielle [9], isolement, violences verbales et sexuelles, ainsi que diverses formes de torture. [non vérifié dans corps]

La portée du projet MK-Ultra a été large, avec les recherches entreprises à 80 établissements, y compris 44 collèges et universités, mais aussi hôpitaux, prisons et les entreprises pharmaceutiques. [10] la CIA exploité par le biais de ces institutions à l’aide des organisations de façade, bien que parfois de hauts responsables de ces établissements n’étaient au courant de l’implication de la CIA. [11] comme la Cour suprême américaine notera plus tard, MK-Ultra a été : traite de « the recherche et développement de matériaux chimiques, biologiques et radiologiques capables d’emploi dans des opérations clandestines pour contrôler le comportement humain.  » le programme comprenait quelque 149 sous-projets qui l’Agence confié à diverses universités, fondations de recherche et autres institutions similaires. Au moins 80 établissements et 185 chercheurs privés ont participé. Parce que l’Agence a financé indirectement MKUltra, bon nombre des individus participants ignoraient qu’ils avaient affaire à l’Office. [12] projet MK-Ultra a été présentée tout d’abord l’attention du public en 1975 par le Comité de l’église du Congrès des États-Unis et une commission de Gerald Ford pour enquêter sur les activités de la CIA sur le territoire des États-Unis. Efforts d’investigation ont été gênés par le fait que le directeur de la CIA Richard Helms commandé tous les fichiers de MKUltra détruits en 1973 ; les enquêtes du Comité de l’église et de la Commission Rockefeller s’est appuyé sur le témoignage sous serment de participants directs et sur le nombre relativement restreint de documents qui ont survécu ordre de destruction de Helms. [13] en 1977, une demande de la Freedom of Information Act a découvert une cache de 20 000 documents relatifs au projet MK-Ultra, qui a conduit aux audiences du Sénat plus tard cette même année. [3] [14] en juillet 2001, quelques survivantes informations concernant MK-Ultra a été declassifies.


 

 

Project MKUltra

From Wikipedia, the free encyclopedia
Jump to: navigation, search
« MKULTRA » redirects here. For other uses, see MKULTRA (disambiguation).
Not to be confused with Edgewood Arsenal human experiments.

Declassified MKUltra documents

Project MKUltra sometimes referred to as the CIA’s mind control program—was the code name given to an illegal program of experiments on human subjects, designed and undertaken by the United States Central Intelligence Agency (CIA). Experiments on humans were intended to identify and develop drugs and procedures to be used in interrogations and torture, in order to weaken the individual to force confessions through mind control. Organized through the Scientific Intelligence Division of the CIA, the project coordinated with the Special Operations Division of the U.S. Army’s Chemical Corps.[1] The program began in the early 1950s, was officially sanctioned in 1953, was reduced in scope in 1964, further curtailed in 1967 and officially halted in 1973.[2] The program engaged in many illegal activities,[3][4][5] including the use of unwitting U.S. and Canadian citizens as its test subjects, which led to controversy regarding its legitimacy.[3](p74)[6][7][8] MKUltra used numerous methodologies to manipulate people’s mental states and alter brain functions, including the surreptitious administration of drugs (especially LSD) and other chemicals, hypnosis,[9] sensory deprivation, isolation, verbal and sexual abuse, as well as various forms of torture.[not verified in body]

The scope of Project MKUltra was broad, with research undertaken at 80 institutions, including 44 colleges and universities, as well as hospitals, prisons, and pharmaceutical companies.[10] The CIA operated through these institutions using front organizations, although sometimes top officials at these institutions were aware of the CIA’s involvement.[11] As the US Supreme Court later noted, MKULTRA was:

concerned with « the research and development of chemical, biological, and radiological materials capable of employment in clandestine operations to control human behavior. » The program consisted of some 149 subprojects which the Agency contracted out to various universities, research foundations, and similar institutions. At least 80 institutions and 185 private researchers participated. Because the Agency funded MKUltra indirectly, many of the participating individuals were unaware that they were dealing with the Agency.[12]

Project MKUltra was first brought to public attention in 1975 by the Church Committee of the U.S. Congress, and a Gerald Ford commission to investigate CIA activities within the United States. Investigative efforts were hampered by the fact that CIA Director Richard Helms ordered all MKUltra files destroyed in 1973; the Church Committee and Rockefeller Commission investigations relied on the sworn testimony of direct participants and on the relatively small number of documents that survived Helms’ destruction order.[13]

In 1977, a Freedom of Information Act request uncovered a cache of 20,000 documents relating to project MKUltra, which led to Senate hearings later that same year.[3][14] In July 2001, some surviving information regarding MKUltra was declassified.

https://en.wikipedia.org/wiki/Project_MKUltra


 

Advertisements

2 réflexions sur “Projet MK-Ultra, parfois dénommé programme de contrôle pour le compte de la CIA / United States Central Intelligence Agency (CIA)

  1. A reblogué ceci sur Pascal Charetteet a ajouté :

    MKUltra utilise de nombreuses méthodologies pour manipuler des États mentaux populaire et altérer les fonctions cérébrales, y compris l’administration clandestine de drogues (en particulier le LSD) et autres produits chimiques, l’hypnose, la privation sensorielle [9], isolement, violences verbales et sexuelles, ainsi que diverses formes de torture. [non vérifié dans corps]

    Je fais une plainte contre la CIA, Central Intelligence Agency

    le programme engagé dans de nombreuses activités illégales, [3] [4] [5] y compris l’utilisation des États-Unis involontaire et citoyens canadiens comme ses sujets, qui ont conduit à la controverse concernant sa légitimité.

    J’aime

  2. Projet MK-Ultra, parfois dénommé programme de contrôle pour le compte de la CIA — était le nom de code donné à un programme illégal d’expériences sur des sujets humains, conçues et menées par l’United States Central Intelligence Agency (CIA). Expériences sur les humains étaient destinées à identifier et développer des médicaments et procédures devant être utilisés dans les interrogatoires et la torture, afin d’affaiblir l’individu pour forcer des aveux par le biais de contrôle de l’esprit. Organisé par le biais de la Division du renseignement scientifique de la CIA, le projet coordonné avec la Division des opérations spéciales de l’US Army Chemical Corps. [1] le programme a commencé dans les années 1950, a été officiellement sanctionné en 1953, a été réduit dans la portée en 1964, plus réduit en 1967 et officiellement arrêté en 1973. [2] le programme engagé dans de nombreuses activités illégales, [3] [4] [5] y compris l’utilisation des États-Unis involontaire et citoyens canadiens comme ses sujets, qui ont conduit à la controverse concernant sa légitimité. [3] (p74) [6] [7] [8] MKUltra utilisé nombreuses méthodologies pour manipuler des États mentaux populaire et altérer les fonctions cérébrales, y compris l’administration clandestine de drogues (en particulier le LSD) et autres produits chimiques, l’hypnose, la privation sensorielle [9], isolement, violences verbales et sexuelles, ainsi que diverses formes de torture. [non vérifié dans corps]

    Project MKUltra sometimes referred to as the CIA’s mind control program—was the code name given to an illegal program of experiments on human subjects, designed and undertaken by the United States Central Intelligence Agency (CIA). Experiments on humans were intended to identify and develop drugs and procedures to be used in interrogations and torture, in order to weaken the individual to force confessions through mind control. Organized through the Scientific Intelligence Division of the CIA, the project coordinated with the Special Operations Division of the U.S. Army’s Chemical Corps.[1] The program began in the early 1950s, was officially sanctioned in 1953, was reduced in scope in 1964, further curtailed in 1967 and officially halted in 1973.[2] The program engaged in many illegal activities,[3][4][5] including the use of unwitting U.S. and Canadian citizens as its test subjects, which led to controversy regarding its legitimacy.[3](p74)[6][7][8] MKUltra used numerous methodologies to manipulate people’s mental states and alter brain functions, including the surreptitious administration of drugs (especially LSD) and other chemicals, hypnosis,[9] sensory deprivation, isolation, verbal and sexual abuse, as well as various forms of torture.[not verified in body]

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s