Drones, Nano Smart-Dust and Bio Weapons: NASA’s Future of War 2025

Publiée le 25 août 2016

The PowerPoint presentation analyzed below was presented by one of NASA’s chief scientists from their Langley Research Center back in July 2001 — just a couple months before the 9/11 terror attacks — but the information within is arguably more pertinent now than it was even then.

This document is insane. It forces us to realize just how far down the rabbit hole reality has fallen. Drones, microwave and frequency weapons, nano weapons, binary bio weapons in food, AI, robotics and more are discussed, but this isn’t a science fiction horror movie…this is reality — here, now — where the impact of science on society is that humans are quickly being dehumanized and considered « decreasing-to-negative value added » as compared with emerging technology.

La  » GUERRE DES FREQUENCES « 

C’est ce que je vis au Canada !

La  » GUERRE DES FREQUENCES  » fait partie de Haarp, de l’utilisation des armes scalaires : armes à micro-ondes, ELF (extremely low frequency), identification de l’adn et attaque à longue distance, notamment via les chemtrails (effet miroir, entre autres), de la cible (chaque individu a une signature unique), et manipulation mentale de l’entourage (famille, amis, etc.) pour harceler la cible et éventuellement, si possible, la détruire, psychologiquement ou physiquement. Les projets HAARP et DARPA (programme de recherche du Pentagon sur le contrôle de la masse) sont le bras armé du seigneur pour le CHAOS. HAARP et HIPAS sont les projet de réchauffement de la ionosphère et du contrôle des esprits par les ondes. La NASA est directement impliquée dans le projet.

http://secretebase.free.fr/complots/techno/haarp/haarp.htm


 

PROJET H.A.A.R.P. ET CHEMTRAILS
Une Technologie Secrète

MANIPULATIONS CLIMATIQUES ET CONTRÔLE DES ONDES ET DU CLIMAT

Le système H.A.A.R.P. (Highfrequency Active Auroral Research Project), est à première vue un projet de recherche tout à fait inoffensif., composé de 36 antennes érigé en Alaska centrale, à 300 km à l’Est d’Anchorage (62 deg 23.5’N, 145 deg 8.8’W). L’un des buts du projet serait de constituer une sorte  » d’arc antenne  » électrique permettant de provoquer une pluie de radiation électromagnétique sur une zone prédéterminée.

Au début des années 80, le principe mis en place était axé sur la recherche optimisée de réservoirs de gaz naturel dont le sous sol est abondamment pourvu, pour les besoins énormes locaux dans un environnement difficile pour l’homme.

 

L’un des premiers brevets concernant des systèmes de type radio émetteurs du projet HAARP avait pour projet un site de plus de 70 km de diamètre utilisant de grandes quantités d’énergie électrique fournies par les turbines de centrales fonctionnant au gaz naturel.

Le système, tout en rendant obsolète le système de laser destructif à rayons X cher à Reagan dans le cadre du programme anti-missile de la « guerre des étoiles », de Ronald Reagan et abandonné depuis, permettrait de concevoir un bouclier de protection globale rendant inopérant tout système de navigation et de guidage de n’importe quel missile en vol et ce, sur n’importe quel point du globe.

 

L’idée de base de ce nouveau concept d’arme est de générer un faisceau d’ondes radio d’une intensité énorme (1.7 Gigawatts – 2.8 à10 MHz) en direction de la haute atmosphère selon le mode opératoire inversé d’un radio télescope puisqu’il s’agit d’émission et non de réception, afin d’y provoquer l’ionisation de certaines particules neutres par l’échauffement des électrons à certaines altitudes. N. Tesla avait baptisé ces ondes  » ondes stationnaires terrestres « . L’ionosphère serait alors utilisée comme des lentilles, un miroir ou un système d’antennes. L’ionosphère constitue un bouclier électrique contre le bombardement cosmique constant de particules à haute énergie et les piège pour les empêcher d’atteindre la surface de la planète.


La partie de l’ionosphère concernée se situe à une altitude comprise entre 60 et 900 km au-dessus de la surface terrestre. Les recherches officiellement reconnues tendent à assurer l’amélioration des communications radio à longue portée, ou des moyens de transmission avec les sous-marins.

Le Pentagone est le principal pourvoyeur de fonds. Le Département de la défense, de l’Air Force et de la Marine sont naturellement concernés. Les ondes générées par les systèmes de transmission radio à hautes fréquences classiques sont pour la plupart absorbées par les couches de la basse atmosphère et se désintègrent. La basse atmosphère terrestre est principalement composée de gaz constitués de molécules et d’atomes neutres. L’ionisation concerne la haute atmosphère, l’ionosphère donc, où les rayons ultraviolets et les rayons X transforment ces particules en électrons libres et en ions.

La notion de température est plutôt fonction de l’état  » d’excitation  » des électrons. Suivant les fréquences et les conditions atmosphériques, l’ionosphère réfléchit, absorbe ou altère les signaux radio. Les ondes radio de Moyenne Amplitude (AM)  » passent  » mieux de nuit lorsque la réflectivité de l’ionosphère est accrue, alors que leur portée est nettement diminuée de jour. Les champs magnétiques terrestres perturbent d’autre part notablement la nature de l’ionosphère.

Une argumentation en faveur du système HAARP allègue qu’il serait possible de protéger les hautes couches atmosphériques en empêchant la dégradation des trop fameuses couches d’ozone.

 

Ainsi c’est plus de 200 millions de dollars de budget, aux frais du contribuable américain et pour sa propre ruine à plus ou moins longue échéance, auront été investis dans le programme de recherche d’ici la fin de la décennie.

Le système prochainement mis en place, dont le nom est  » IRI  » pour Instrument de Recherche Ionosphérique, sera constitué d’un ensemble de 360 antennes, soit dix fois plus qu’actuellement. Ce sigle est étrangement proche au point de la parodier, de celui de l’écriteau,  » INRI  » accroché à la croix au dessus de la tête du Sauveur.

 

La  » GUERRE DES FREQUENCES  » fait partie de Haarp, de l’utilisation des armes scalaires : armes à micro-ondes, ELF (extremely low frequency), identification de l’adn et attaque à longue distance, notamment via les chemtrails (effet miroir, entre autres), de la cible (chaque individu a une signature unique), et manipulation mentale de l’entourage (famille, amis, etc.) pour harceler la cible et éventuellement, si possible, la détruire, psychologiquement ou physiquement. Les projets HAARP et DARPA (programme de recherche du Pentagon sur le contrôle de la masse) sont le bras armé du seigneur pour le CHAOS. HAARP et HIPAS sont les projet de réchauffement de la ionosphère et du contrôle des esprits par les ondes. La NASA est directement impliquée dans le projet.

Voir : l’Agenda occulte

La ionosphère nous protège des radiations cosmiques du soleil et des perturbations éléctromagnétiques. En contrôlant ces phénomènes il est possible de contrôler la météo sur terre. Les scientifiques ont donc découvert l’influence de la ionosphère et les effets sur l’homme et sur son cerveau. Maintenant ils construisent des antennes partout, et ce n’est pas un hasard que la bande de fréquence choisie pour l’utilisation du téléphone cellulaire soit celle de Wilhelm Reich, qui a découvert dans les années 1940 comment pour manipuler un esprit sans que la victime ne s’en apperçoive. Reich a travaillé sur ce projet secret de la CIA pendant plus de 5 ans, à partir de 1947-1952, jusqu’à ce que la CIA utilise le contrôle de l’esprit sur le peuple américain.

Voir : Mind Control

 

Le potentiel disponible engendré par le système du projet HAARP est absolument fantastique et peu de citoyens du monde ont conscience de la révolution profonde qui va s’appliquer aux moyens de servitude dont va pouvoir disposer un jour ou l’autre une élite qui rêve d’un contrôle total de l’humanité. Afin par exemple d’ausculter la surface terrestre, des antennes virtuelles générant des trains d’ondes gigantesques à fréquences extrêmement basses (Extremely Low Frequency ELF), enregistrent leurs réflexions pour les renvoyer à des laboratoires où des calculateurs les analysent. L’imagerie ainsi constituée est le reflet des ruptures d’homogénéité du sous sol terrestre ou des profondeurs marines. Des micro ondes à pulsion rapide excitent les composants électroniques et provoquent leur destruction finale par fusion, tout ceci s’accomplissant à la vitesse de la lumière! Cette technologie, à caractère environnemental, permet dans le cadre d’applications purement militaires de:

Perturber sérieusement les systèmes de communications des satellites au point par exemple de plonger dans le silence une partie de la planète.
Modifier, intercepter et contrôler la trajectoire de missiles ennemis bien avant qu’ils se profilent à l’horizon.
Modifier la météorologie au dessus de zones prédéfinies en localisation et en étendue… inondations et sécheresses seraient ainsi donc programmables.
Modifier les fréquences de l’air.
Affecter par radiation électromagnétique pulsée les fonctions cérébrales propres au processus de la pensée humaine
Augmenter la température interne du corps pouvant ainsi provoquer des conflits psychologiqueset des problèmes de santé.
Provoquer par échauffement local, l’explosion de réservoirs d’automobiles.
Mettre à feu des munitions transportées par air par fusion des fusibles de protection des systèmes électroniques embarqués.
Brouiller les systèmes de communication/navigation utilisés par les compagnies aériennes civiles ou militaires.
Modifier les chemins de migration de la faune sauvage. Les suicides de masse des baleines, cachalots et autres dauphins devraient nous faire réfléchir car ces phénomènes étaient inexistants par le passé; les tortues de mer qui meurent faute de pouvoir gagner une plage, des poissons tropicaux que l’on trouve dans les eaux froides du cercle arctique sont autant d’exemples alarmants.
Effectuer une exploration topographique, pour collecter des informations, ausculter et analyser le sous-sol afin de localiser des laboratoires et autres fabriques d’armes souterrains.
de détecter des tremblements de terre ou de les provoquer.
Faire fondre la/les calotte(s) polaire(s).
Créer un bouclier thermique qui permettrait par exemple d’évaluer la composition des éléments constitutifs d’un missile balistique intercontinental.
Provoquer une surtension électronique dans les systèmes embarqués de guidage d’un avion en vol d’intrusion en basse altitude. Un satellite espion ou  » non référencé  » pourrait être soumis au même régime.
Améliorer les moyens de commande, de contrôle et de communication militaires;.
Zapper toute forme de communication radio sur une aire donnée tout en maintenant le fonctionnement du système de communication interne.
Constituer un instrument de recherche pour les énergies fossiles.
Générer une imagerie tridimensionnelle ( voir: Projet Blue Beam )

 

La contamination de l’eau et des aliments avec des molécules agissant sur l’humeur et sur l’esprit est aussi possible. Diffuser dans l’eau ou les aliments des micro-robots (ou « nano-machines ») invisibles à l’oeil nu. Une fois dans le corps, des centaines de micro-robots porteurs d’une micro-puce électronique pourraient aller se greffer sur les neurones pour en prendre le contrôle. Des nano-robots invisibles à l’oeil nu ont déjà été produits, et l’interfaçage neurone-microprocesseur a déjà été expérimenté avec succès en laboratoire. La technologie des micro-processeurs ultra-miniaturisés est également maitrisée depuis quelques années.

Jean-Pierre Changeux, Président d’honneur du Comité (Comité Consultatif National d’Ethique) et neurologue à l’Institut Pasteur de Paris, a annoncé lors de la réunion publique annuelle du Comité National Consultatif d’Ethique que comprendre le fonctionnement du cerveau humain est susceptible de devenir l’une des disciplines les plus riches et prometteuses du futur. Mais les neurosciences posent également certains risques, dit-il, en soutenant que les progrès en imagerie mentale ouvrent le champ à de très grandes capacités d’invasion de l’intimité. Bien que le matériel nécessaire soit encore fortement spécialisé, il deviendra courant et pourra être utilisé à distance, prévoit-il. Cela ouvrira la voie à des abus tels que l’invasion des libertés personnelles, la manipulation du comportement et le lavage de cerveau. Ces inquiétudes sont loin d’être du ressort de la science fiction, a indiqué Changeux, et constituent  » un risque sérieux pour la société « . Denis Le Bihan, un chercheur au Commissariat à l’énergie atomique (CEA), a dit lors de la réunion que l’utilisation des techniques d’imagerie a atteint le stade où « nous pouvons presque lire les pensées d’une personne ».
Nature, vol. 391, n°6665 page 316, January 22, 1998 (article en anglais)


NIKOLA TESLA

 

Nikola Tesla, ce savant aussi génial que méconnu du grand public, contemporain de T. Edison, avait déjà inventé en 1891 un système de bobine capable de générer plusieurs millions de volts à haute fréquence à partir d’une simple prise électrique murale. Ses travaux concernaient déjà les communications globales, le transport d’énergie électrique sans fil, un système d’éclairage hautes fréquences, une bobine d’amplification électrique, … On lui doit le système de courant alternatif actuel. Il est à l’origine de 30 brevets sur la seule période s’étendant entre 1890 et 1921. A l’âge de 12 ans il était capable de réciter par cœur les tables logarithmiques. Il avait des visions et des flashes de lumière qui l’affectaient et pour s’en dissocier, il concevait des mondes imaginaires.

Il conçut à l’âge de 17 ans, en esprit, une turbine capable de transformer l’énergie délivrée par les chutes du Niagara. Il pensait à la vitesse de l’éclair. Avant de manger, il avait l’habitude de calculer les volumes de nourriture et ceux des ustensiles utilisés pour les contenir. Sa sensibilité était telle qu’il lui fallait isoler son lit sur des coussinets de caoutchouc pour ne plus ressentir les tremblements terrestres ou ce qui pouvait s’en rapprocher. Par un principe de téléforce, il prétendit qu’il pouvait faire fondre les moteurs d’un avion à une distance de 400 Km. Il voulait faire de la planète un système unique, capable de réagir en n’importe quel point Logé dans un hôtel New Yorkais, il mourut pauvre à New York, ruiné, délaissé avec les pigeons pour seuls compagnons.

 

TEMOIGNAGES


Le témoignage accablant d’un ingénieur français

Moi, ingénieur, je suis suivi par les services secrets…
Filatures, écoutes (grandes oreilles) et surveillance physique et mentale par satellite (inquisition implacable) avec bruitage, martelage et harcèlement par ondes sonors à toutes heure et en tout lieu; et aussi avec incitation très forte à ressasser (interaction en temps réel entre le ou les inquisiteurs et la personne surveillée). Il s’agit souvent de répression mentale très handicapante et d’infractions gravissimes entraînant de nombreux dérapages. Il y a même une gestuelle.

Je voudrais solliciter votre intervention contre des filatures illicites avec des atteintes très graves aux droits de l’homme qui me sont appliquées spécialement depuis fin 1998, à l’aide d’un « montage » réalisé à la suite de démarches inqualifiables. Ces méthodes consistent en une surveillance / filature électronique avec sonorisation (corps et esprit, jour et nuit et partout : donc par satellite. Il y a eu réalisation d’un balisage complexe (à mon insu) avec l’aide de la CIA / NSA.

Ce « montage » permet l’envoi de sons d’intensité forte venant de l’extérieur et de sons d’intensité faible mais alors très localisés sur la personne (mots ou phrases, « matraquage mental ou psychologique », genre de « brain storming » à distance, télépathie, filature des pensées, espionnage mental (avec sonorisation interactive). Il donne la possibilité à des indélicats et / ou malveillants de créer des nuisances sonores et aussi de porter atteinte à la vie privée ou personnelle : de réaliser des perturbations graves et une pollution du cerveau. Ces nuisances sont réalisées, avec des sous-traitants, à l’aide d’enregistrements sonores en direct ou en différé et d’une logistique hypersophistiquée (par satellites, superordinateurs…) Il y a un aspect ubuesque et inconvenant dans ces procédés (avec souvent une nuisance sonore de l’environnement) mais aussi un aspect très répressif, handicapant et stressant. Ce bruitage fréquemment très localisé et interactif est extrêmement difficile à supporter à certains moments (agression sonore et déstabilistation psychologique). Cela est très préjudiciable pour la santé.

Aucune raison officielle ne m’a été donnée pour justifier de telles méthodes irresponsables (et anti-économiques), contraires au code pénal, à toute éthique, à toute déontologie, aux conventions internationales, et au respect le plus élémentaire de la personne humaine. Il s’agit de procédés de destruction, de marginalisation, de déstabilisation de la personne humaine, inacceptables dans un état de droit. Je proteste contre cette injustice aggravée au cours du temps (surtout depuis fin 95), un tel arbitraire et cette grande délinquance -utilisation notamment de matériel très coûteux civil et de la défense nationale).

J’ai bien sûr déposé des plaintes dont deux ont conduit à des auditions auprès de services de gendarmerie : à Sassenage en 89 et à Grenoble en 93 (PV : voies de fait). Ces plaintes ont parfois apporté une amélioration passagère, les responsables de ces agissements prenant peut-être conscience de leurs délits (et de leurs dégâts), des nuisances produites et aussi du fait que peu d’organisations pourraient cautionner ces procédés exécrables et aberrants, réalisés avec des moyens inouïs, cela au profit de quelques personnes ou d’intérêts très minoritaires .

Je sollicite votre contribution pour obtenir l’arrêt de ces filatures aussi insensées que préjudiciables ».

par J.V. Sassenage

Paru dans le mensuel « Les dossiers à la Une » du mois de juillet 2000 consacré à l’espionnage et intitulé « Français on vous espionne ». L’article ci-dessus est la reproduction exacte de ce qui a été publié dans le numéro hors-série du journal « La Une ».

http://secretebase.free.fr/complots/techno/haarp/haarp.htm